Cheville et Pied

La chirurgie de l’hallux valgus en ambulatoire


La chirurgie de l’hallux est souvent réputée pour être une chirurgie douloureuse.
Pourtant, les techniques modernes d’anesthésie et de chirurgie ont permis de réduire de façon considérable la douleur post-opératoire permettant ainsi de réaliser cette chirurgie en toute sécurité et en assurant une analgésie efficace en chirurgie ambulatoire.

Pratiquée à la Clinique des Franciscaines en ambulatoire depuis maintenant presque 10 ans, l’ambulatoire est devenu notre technique de référence et représente plus de 70 % des patients opérés pour hallux valgus.

Comment cela se passe-t-il en pratique ?

Lors de votre consultation pré-opératoire, le chirurgien aura jugé que vous êtes éligible à une procédure en ambulatoire. Cela sous-entend qu’une personne pourra être présente chez vous le soir de l’intervention, que vous n’avez pas d’étages à monter à l’aide d’escaliers,  et que vous n’avez pas de pathologie lourde associée.

Les ordonnances de sortie comportant les antalgiques, les anticoagulants pour une période de 15 jours,  les chaussures de décharge (Barouk , Podonov ….) seront réalisées avant l’hospitalisation et il faudra acheter ces différentes fournitures à la pharmacie avant votre hospitalisation afin de les avoir disponibles lors de votre retour à la maison.

Lors de la consultation d’anesthésie, l’anesthésiste vérifiera l’absence de contre-indication à une procédure ambulatoire, il vous procurera une information complète sur le mode d’anesthésie et de surveillance.

Selon la technique d’anesthésie loco régionale envisagée, il pourra contacter un réseau de soins spécialisés « Studio Santé» qui prendra rendez-vous avec vous à domicile quelques jours avant l’intervention afin de vous procurer  le matériel nécessaire à l’analgésie post-opératoire , de compléter votre information et de vérifier que votre habitation est conforme à une procédure ambulatoire.

Hallux valgus ambulatoire

Le jour de l’intervention

Vous devrez vous présenter à l’accueil de chirurgie ambulatoire de la clinique (rez-de-jardin, au même niveau que les urgences) avec vos chaussures de décharge.

Une infirmière vous installera dans votre chambre, puis, un brancardier vous conduira au bloc opératoire.

L’anesthésiste vous prendra en charge en salle de réveil, réalisera une anesthésie loco-régionale et aura la possibilité de laisser en place un cathéter (petit tuyau) relié à un « biberon » qui permettra de délivrer une dose d’anesthésique durant 48 heures, permettant ainsi de maintenir une anesthésie du pied durant 48 heures.

L’intervention sera réalisée par le chirurgien et durera environ 30 minutes.
Durant l’intervention, si vous le souhaitez, l’anesthésiste pourra compléter l’anesthésie loco-régionale par une sédation qui vous permettra de dormir durant l’intervention.

De retour dans votre chambre, une infirmière assurera le suivi post-opératoire.

Avant votre sortie, si un cathéter a été mis en place, l’anesthésiste pourra réaliser une nouvelle injection et soit relier le cathéter à un « biberon », soit le retirer.

Vous regagnerez votre domicile en ambulance afin d’éviter un saignement au niveau de votre zone opératoire.

De retour à domicile

Si vous disposez d’un cathéter, l’infirmière du réseau de soins infirmiers passera à votre domicile pour une simple surveillance, puis, durant les 48 premières heures, l’infirmière passera deux fois par jour.
Elle réalisera une injection d’anticoagulant une fois par jour durant les 15 premiers jours.

Le pansement sera refait au huitième jour post-opératoire sauf si celui-ci est souillé et ils ne seront pas refaits jusqu’à la troisième semaine (sauf en cas de saignement, si le pansement devient cartonné et inconfortable).

Les activités devront être modérées pour la première semaine en respectant des périodes allongées au lit avec les pieds surélevés.
Les activités quotidiennes sont autorisées (toilette,  prise des repas à table, etc…).

À partir de la fin de la première semaine post-opératoire, vous pourrez augmenter votre niveau d’activité en fonction des douleurs et du gonflement. Il faudra tout de même respecter des périodes de repos afin d’éviter que le pied gonfle.
Il est important de prendre les médicaments contre la douleur prescrits lors de votre hospitalisation afin de ne pas laisser s’installer la douleur.

À la troisième semaine post-opératoire

Vous reverrez votre chirurgien en consultation après avoir réalisé une radiographie du pied qui vous aura été prescrite lors de la remise de vos papiers de sortie.

Le pansement sera refait et, dans la plupart des cas, on vous autorisera un chaussage normal confortable. Les chaussures de décharge pourront être abandonnées.
Les activités quotidiennes pourront être reprises.

La reprise du travail est habituellement envisagée à partir de la septième semaine post-opératoire.

Il n’est plus nécessaire de porter des pansements,  une douche simple à l’eau et au savon est recommandée.
Les activités et le chaussage sont à adapter à vos douleurs et à l’éventuel gonflement de votre pied.
La piscine et la natation sont autorisées dès que les dernières croûtes seront tombées.
Le vélo est autorisé à la fin du deuxième mois post-opératoire,  la reprise du sport est envisageable à partir de la fin du troisième mois post-opératoire.
Ces délais sont à moduler par le chirurgien en fonction de l’importance de la déformation initiale et de la complexité du geste réalisé.

Au troisième mois post-opératoire

Vous reverrez votre chirurgien pour la dernière fois.
Dans la majorité des cas, un chaussage normal est d’ores et déjà possible, seules les chaussures très étroites et les talons de plus de 6 cm sont encore contre-indiqués.
Une amélioration de l’état fonctionnel du pied peut s’observer durant toute la première année post-opératoire.

Chirurgiens pratiquants cette spécialité chirurgicale :

dr bellon

Dr Jean-Michel Bellon

Dr Eric Cheyrou

Dr Raphaël Barthélemy

Dr Amalio Castanedo

Dr Amalio Castanedo